FACTURER LES SERVICES RESEAUX ?

GÈrard JEAN-FRAN<<OIS

CRIUC

UniversitÈ de Caen

jean-francois@criuc.unicaen.fr

Introduction :

Le but de cette courte rÈflexion n'est pas de trouver une solution idÈale mais plutÙt de recenser les ÈlÈments cachÈs ou visibles qui interviennent lors de l'utilisation des rÈseaux. Peu importe de connaÓtre le coefficient retenu pour les financements et pour les rÈpartitions. Par ailleurs il ne faut pas essayer de rÈsoudre la quadrature du cercle consistant [[daggerdbl]] dire : "  il suffit de comptabiliser les bits qui passent ... " car avec qui et avec quoi le ferons nous, quant [[daggerdbl]] la facturation ultÈrieure il faut qu'elle soit simple sinon nous risquons d'Ítre obligÈs d'embaucher alors...

Ce qu'il faut payer :

Dans nos budgets nous distinguons investissement et fonctionnement. Pour l'investissement rÈseau on peut dire d'une faÁon simpliste que c'est du ressort des diffÈrents plans rattachÈs [[daggerdbl]] l'Ètablissement et qu'il faut trouver pour l'infrastructure rÈseau des crÈdits lors de la construction ou de la rÈnovation des b,timents. Pour les ÈlÈments actifs, des crÈdits de premier Èquipement peuvent Ítre utilisÈs dans le cas de nouvelles constructions.

Le fonctionnement pose lui, beaucoup plus de problËmes. Tout utilisateur disposant d'une prise sait qu'il faut payer (il a chez lui l'eau, le gaz, l'ÈlectricitÈ..) mais il ne sait pas trop [[daggerdbl]] quoi cela correspond. Toujours dans un but de simplification regardons ce qu'il y a derriËre la prise :

des accËs

- au rÈseau du laboratoire

- au rÈseau du campus ou du site

- au rÈseau d'Ètablissement

- au rÈseau rÈgional

- au RNI

- [[daggerdbl]] l'INTERNET

Ces accËs utilisent des structures internes (privÈes) qu'il faut bien entretenir (maintenance des Èquipements constituant le rÈseau) et aussi des structures publiques qu'il faut bien payer (soit au forfait, soit au taux d'utilisation).

Rappelons que dans les prochaines annÈes seront renÈgociÈes les conventions des rÈseaux rÈgionaux et de RENATER. Aujourd'hui nous ne pouvons pas augurer de quelque faÁon que ce soit du rÈsultat des nÈgociations et des co[[ring]]ts induits.

des services

Juste [[daggerdbl]] titre de comparaison, rappelons que le fait de s'abonner au tÈlÈphone entraÓne la fourniture d'un annuaire (Èlectronique ou papier), eh bien le fait d'avoir une prise rÈseau entraÓne la possibilitÈ d'avoir des services tels que :

- attribution d'une adresse rÈseau

- possibilitÈ d'avoir une boÓte aux lettres Èlectronique

- accËs [[daggerdbl]] des serveurs (serveurs documentaires, serveurs de news, de logiciels, d'archivage, de tÈlÈcopie, de CD-ROM...)

- gestion des sÈcuritÈs d'accËs

Selon les Ètablissements (cela pourrait faire l'objet d'un autre dÈbat) on trouve Ègalement dans les services rÈseau la fourniture du service de la voix (tÈlÈphone) et de l'image (vidÈo-confÈrence, journaux Èlectroniques...)

Administration du rÈseau : vie du rÈseau :

De mÍme qu'on ne supporte plus une coupure de courant (le micro-onde ne marche plus pour le petit dÈjeuner..) on ne supporte plus non plus l'interruption du rÈseau ce qui entraÓne une administration du rÈseau capable d'assurer aux utilisateurs une continuitÈ de service.

Cette administration concerne donc en premier lieu les utilisateurs mais aussi la Direction de l'Ètablissement car il en va de la bonne marche de l'Ètablissement et des ses performances.

Est Ègalement concernÈe toute la politique sÈcuritÈ de l'Ètablissement.

L[[daggerdbl]] encore on retrouve investissement et fonctionnement. Pour l'investissement (je ne reviendrai pas dessus) cela consiste [[daggerdbl]] mettre en place des matÈriels et des logiciels (agents SNMP, sondes, gardes-barriËres, etc...) mais pour le fonctionnement c'est autre chose car il faut des moyens humains, tout n'est pas automatique, il faut surveiller, mettre en place, modifier...

Ce problËme de supervision du rÈseau est fondamental.

Co[[ring]]ts cachÈs induits par le rÈseau :

La formation du personnel doit Ítre trËs pointue de mÍme que sa disponibilitÈ (se pose le problËme des astreintes)

Les accessoires pÈriphÈriques et d'environnement deviennent de plus en plus nombreux, donc de plus en plus co[[ring]]teux. A titre d'exemple un routeur tout seul dans son coin consomme quelques dizaines de watts. Si on en a 50 le problËme change et si on dÈcide de les climatiser et de mettre [[daggerdbl]] chacun soit un onduleur, soit une alimentation de secours le problËme devient Ènorme, mais c'est le prix [[daggerdbl]] payer. Nos Ètablissements sont-ils prÍts ?

RÈpartition des co[[ring]]ts :

Un leitmotiv [[daggerdbl]] mon avis : " faisons simple ". Deux solutions extrÈmistes sont envisageables.

PremiËre solution le financement du rÈseau est pris [[daggerdbl]] 100 % sur le budget de l'Ètablissement donc pas de facturation [[daggerdbl]] l'utilisateur. Cette solution sera rejetÈe dans beaucoup d'endroits car la gratuitÈ totale n'est pas saine.

DeuxiËme solution on mesure la consommation de chaque utilisateur et on rÈpartit les co[[ring]]ts. DiffÈrents dÈbats antÈrieurs, des sondages rÈcents parmi nos Ètablissements ont montrÈ que techniquement cela posait des problËmes et que financiËrement cela risquait de nous entraÓner dans des dÈpenses inconsidÈrÈes.

Ces deux solutions ont trËs peu de chance de correspondre [[daggerdbl]] nos Ètablissements, reste [[daggerdbl]] trouver un moyen terme.

On pourrait proposer un tarif d'abonnement basÈ sur le volume de service demandÈ (Èquivalent des tarifs " menage ", " confort ", d'EDF par exemple) pour les domaines concernant la Voix,lås donnÈes, les images.

On pourrait aussi, et cela irait dans le sens de NABUCO, nÈgocier en dÈbut d'exercice avec un petit nombre d'entitÈs : laboratoires, services, UFR,... un contrat basÈ sur des notions simples de gros utilisateur, moyen utilisateur, petit utilisateur, cela aurait l'avantage de diminuer le nombre d'interlocuteurs et de minimiser les temps de discussions. Par ailleurs pour les prÈvisions budgÈtaires ce serait plus facile.

L'avantage de cette solution c'est qu'elle serait nÈgociÈe, donc admise, avec un petit nombre d'utilisateurs. La participation aux frais serait rÈvisable annuellement.

Elle aurait aussi l'avantage de ne pas perdre de temps [[daggerdbl]] couper les cheveux en quatre.

Conclusion :

Il n'y a certainement pas pour la facturation des rÈseaux de solution idÈale, ce qui est certain c'est que cela co[[ring]]te, co[[ring]]tera mais que c'est, ce sera indispensablen nos directions doivent le comprendre et prÈvoir des budgets rÈseaux.